HEKATONCHIRE



QUE FAUT IL ENTENDRE, OU COMPRENDRE ?



 

Mythologie grecque.

Les Hécatonchires (en grec ancien Ἑκατόγχειρες /

Hekatónkheires ), « qui a cent mains »,

de ἑκατόν / hekatón, « cent » et de χείρ / kheír, « main »),

Centimanes, ou Cent-Bras1, sont en premier lieu les trois fils

d’Ouranos (le ciel étoilé) et de Gaïa (la Terre) dont ils contribueront

à la perte.



 

La traduction spontanée serait, cent mains.

Mais personne n’a un voisin avec cent mains ?

C’est assez rare.

D’autant que, corollaire à cet état de chose, la même personne aurait cinquante têtes.

Très très rare?


 

Par contre il y a Hécate ou HEKATE, la Déesse Lunaire à l’aspect multiple.

En fait, il y avait trois déesses lunaires du même nom,

suivant l’aspect de la lune, croissante, pleine, ou décroissante.

C’est attesté.


Les grecs sont des gens sympathiques, mais quand il s’agit de mythologies, ils nous jouent des tours.

C’est ainsi dans la langue grecque et la plupart des langues anciennes, où l’usage du jeu de mot

était monnaie courante, le faux ami aussi.

DONC LE MYSTÈRE, RESTE.


Indice.


Il y a un indice, il existe au moins une représentation statuaire des trois hécates, un corps triple et trois têtes,

trois physionomies différentes.


Filiation

 

Astéria Persès
HECATE
Epouse* / amante Enfants
Phorcys Scylla
Æétès Circé
Médée


Il y a une explication possible, celle d’un attribut « Hekaton », ou cent, serait non pas le nombre de bras, mais une qualité physique, qui induirait l’idée de force.


Cela ne s’arrete pas là, comme les hekatonchires seraient les enfants d’hecate, ou encore enfant des hecates, il est loisible de penser et on peut imaginer que ces cents mains,e sont pas des mains réelles, mais  sont la « force » mise à la disposition de la triple déesse.


Astronomie

Astronomiquement cela pourrait induire qu’il y eut, il y a longtemps, non pas une lune mais trois lunes autour de cette terre, le fait n’est pas incongru, le nombre ternaire de lunes autour d’une planète est

une chose connue, on appelle cela les  » troyennes « .


Si cela était, nous avons perdu deux lunes, c’est bien un effet de l’inconséquence ou un effet de l’inattention, ou encore un histoire si ancienne qui n’a été préservé que par la mythologie.


Astronomiquement parlant ce serait un autre cataclysme au sujet duquel nous ne sommes pas vraiment renseignés.



S. CARVAJAL

Management Stratégique Industriel & Innovations


amateur de mystères anciens